Chapitre 11

Lazare et le pendu

Lazare en père de famille, en médecin, mais aussi en mari adultère, en homme qui s’interroge sur son amnésie et dont l’absence de passé lui fait craindre un avenir imminent sous la forme d’une mort violente, tel est le contenu philosophique de ce chapitre. Mais, cruel lecteur, perfide lectrice, réjouis-toi: tous ces états d’âme s’exacerbent à cause d’une réjouissance populaire, l’exécution par pendaison d’un malfrat qui avait détroussé un notaire.

Pour assister à cette scène horrible, il suffit de cliquer sur le petit carré muni du chiffre 2. Pour les âmes sensibles, cliquer sur le 1 est recommandé, puisque cela ne sert à rien et que le chapitre leur sera épargné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *