Chapitre 22

Comment on entre dans un moulin

Maintenant que Marius Veyrand vous est familier, et que vous vous en méfiez comme de la peste (laquelle a amené nos héros dans les deltas septentrionaux par des détours maritimes), vous ne serez point surpris, gentille lectrice, aimable lecteur, d’apprendre… qu’il ne faut pas se fier aux apparences.

Il avait à peine cessé de pleuvoir. L’étrange lumière n’en était pas pour autant changée. Depuis des jours, le ciel bas des Provinces Unies, morne et diaphane, semblait en permanence sur le point de crever mais la couche grise et translucide que formait l’indistincte masse de nuages ne se déchirait nulle part. Il y avait quelque chose d’angoissant dans cette permanence, que ne venait pas adoucir la monotone immensité du paysage traversé par les quatre hommes, qui parlaient de tout et de rien.

Pour vérifier si cette angoisse est fondée, courage! Cliquer sur le 2. Les lâches essaieront le 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *