Chapitres XIX

Et à la fin…

L’énigme de Grammont n’en est plus une. Nous savons tout. Ou croyons tout savoir de nos héros, Norbert qui fait mieux que Lazare car il ne se contente pas de ressusciter, il apparaît immortel; Christine en lutte avec Ninon, à moins que ce soit l’inverse. Il est temps de clore cette aventure. Mais de quelle(s) façon(s)?

Auparavant, il ne nous reste plus qu’à nous occuper du trésor – mais un trésor, qu’est-ce? Un pectoral en or massif pensant non loin de dix livres et exempt d’argent et de pierres comme on le croyait? Un enfant qu’il est urgent de retrouver et/ou de ne pas perdre? Une amitié indéfectible? Une mort paisible et sereine? Ou le pouvoir de disposer des autres sans scrupules ou remords? À moins que Voltaire ait eu raison et qu’il faille cultiver notre jardin?

Pour la vie en rose, tapez 2 (avec douceur)
Se laisser griser par la 3e nuance
Avoir peur du noir même si l'on se coupe en 4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.