II. Avant l’histoire – Pluies (1)

Avant l’histoire – 5 – The dark side of LIFE

Avec trois autres péquenots, Xavier, Jérôme et Marc (le seul véritable régional de l’étape), on a été engagés pour six mois par une association de bien-pensance écologiste, à laquelle l’Union européenne sous-traite une grande partie de la politique de la conservation de la nature, au nom de la participation sociétale.

Il y a aussi monsieur Lambert, un ingénieur des eaux et forêts, dont le titre universitaire explique peut-être qu’il ne mette jamais véritablement la main à la pâte, sinon pour remplir des colonnes de chiffres et rédiger des rapports dans un anglais hasardeux –un type intelligent au demeurant, mais qui n’est là que pour se faire un nom (à la fin du projet, il sera embauché par le milliardaire local, un bétonneur parvenu dont l’unique préoccupation foncière sera de posséder le plus d’hectares de chasse possible – lesdits hectares ravagés par la surpopulation de gibier, abondamment nourri; il fera ce travail d’engraisseur comme le précédent, avec efficacité et sans état d’âme).

Monsieur Lambert est saboté plutôt que secondé dans sa tâche par un « coordinateur des travaux » – autrement dit un contremaître. Nous l’avons très vite surnommé Leucorrhine, parce qu’il adore les libellules. Explication officielle et commode… En réalité, nous n’avons pas choisi l’animal au hasard: la fameuse libellule s’appelle en fait la leucorrhine douteuse, ce qui serait déjà marrant si en plus, l’abréviation que nous en faisions ne nous avait pas permis de le traiter impunément de connard.

– Hé les gars, v’la le con.
– Ah oui, ben dis donc, ça va pas mieux, ton rhume. T’as le nez bouché. Bonjour Leuco !

On lui fait le coup dix fois. Chacun son tour, en hurlant comme des possédés. À la fin, on ne le voit plus. Il se pointe au tout début des chantiers, bredouille rouf-rouf ses instructions et repart en prospection.

Leuco est jeune, vingt-cinq ans tout mouillé, c’est un fils de de la pire espèce, un instable du genre de ceux qui ne se rebellent qu’un temps (mais fort) pour mieux revenir à la réaction (mais en plus fort encore). Pour l’instant, le gamin est en rébellion ouverte contre son père juge. Il est pourtant déjà comme lui abruti de certitudes et très satisfait de son utilité sociale. Bref, c’est une incarnation parfaite de l’imbécillité, un arrogant qui confond allègrement la critique et le sabotage, la nécessité de l’autorité et le refus de la sujétion.

Leuco nous a tout de suite plombés auprès des villageois: du haut de ses vingt-cinq ans et de ses certitudes, il est allé tancer les indigènes à la séance de présentation du projet :

– Mais qu’est-ce qui vous a pris de planter des épicéas partout? Vous avez détruit le paysage! Vous avez gâché une fabuleuse biodiversité! Vous devriez avoir honte! qu’il éructe.

Puis il s’est rassis, triomphant. Sidération. Personne n’a bronché dans la salle.