II. Avant l’histoire – Pluies (1)

Avant l’histoire – 8 – Troufferies

– Il est bizarre, quand même, ce fond de vallée, a dit Xavier, il devrait être encaissé. Et le marais, il devrait être au-dessous, pas en dessus. On dirait qu’il y a comme un mur qui court tout du long, c’est marrant. Comme si ça empêchait l’eau de s’écouler.
– J’ai déjà vu ça quelque part, ai-je répondu. Puis, après quelques secondes, j’ai enchaîné, frappé par une illumination : c’est comme aux Troufferies, à Libin.

Xavier savait bien de quoi je lui parlais. Nous avions découvert cet endroit magnifique à la suite de la lecture d’un petit ouvrage de botanique qui m’était miraculeusement tombé dans les mains. Je l’avais alors convaincu de m’y accompagner en prospection. On y avait clandestinement crapahuté de concert, à la recherche des vipères péliade et de l’orchis des sphaignes.

Les Troufferies devaient leur improbable nom au fait qu’on y avait extrait la tourbe depuis le XVIe siècle au moins. C’était donc une tourbière comme on en trouvait un peu partout en Ardenne, à cette différence qu’elle devait son apparition à une cause humaine très particulière.