Chapitre IX

Tout au long de la route de Toulon

Pendant qu’à Montmaur, le ciel se gâte après une brève éclaircie, suite aux révélations de La Pogne, qui a dû avouer avoir épargné la vie de Norbert Lachassaigne au motif qu’il avait sauvé la sienne. Voilà Ninon la Mort furieuse, voilà Antoine, le fils de Norbert fils dérobé par Ninon, à nouveau en ébullition avec une seule idée en tête, retrouver son père, puisqu’il a surpris la conversation – enfin, plutôt l’engueulade – entre la châtelaine de Montmaur et son géant prêt à mourir pour elle.

L’avoué ne fit pas traîner les choses. Un mois jour pour jour après leur première entrevue, Norbert Lachassaigne entra en possession de tous les avoirs de ses parents. Ceci fait, il annonça à Justin et Mathurine qu’il quitterait Marseille pour se rendre à Toulon et qu’il en profiterait pour examiner ceux de ses biens qui se trouvaient sur son chemin. Il pensait être de retour pour le printemps et chargea ses deux serviteurs de veiller sur ses affaires (ce qui signifiait également faire exécuter les travaux de remise à neuf qu’il avait commandé pour l’hôtel particulier). Puis, il expédia avec rudesse les affaires courantes, embaucha trois gaillards recommandés par son intendant et, à la tête de cette petite troupe, se mit en route pour Toulon.

Si vous voulez suivre ladite petite troupe, qui par un prompt renfort se retrouvera bien à trois mille en arrivant au port, cliquez sur le 2 et vous en êtes. Sur le 1 vous feriez du sur place.

Chapitre VIII

Les petits papillons de La Pogne

Devenu scandaleusement riche grâce à un héritage de ses parents adoptifs qu’il détestait, notre héros, Norbert Lachassaigne, a les moyens de faire savoir à Ninon la Mort de quel bois il se chauffe quand on lui vole son fils et qu’on lui refait le coup qu’il a vécu. Tout va bien? Mais allons jeter un rapide coup d’œil à Montmaur pour voir comment les choses se passent avec l’enfant volé. Et – stupeur – là aussi, tout va bien. En apparence.

Or donc, tandis que notre héros, plus résolu que jamais à récupérer son fils, prenait la route vers Toulon, afin d’y débaucher quelques larrons rescapés de la chiourme, un homme se faisait annoncer chez la châtelaine de Montmaur – détail d’importance, il avait la tête entourée d’un énorme bandage, ce qui lui donnait la silhouette d’un ballon posé sur un valet de nuit. La belle Christine de Jussieu-Fronsac était d’excellente humeur et sourit à cette vision incongrue. Elle venait à peine de prendre sa collation et se trouvait encore dans la grande salle à manger, vaste pièce aux boiseries peintes dont le mur du fond était à moitié mangé par une immense cheminée (on eût pu y rôtir un bœuf entier, ce qui permettait, l’hiver venu, de s’y blottir auprès du feu). Madame la Marquise avait passé joyeusement l’après-midi avec Antoine. Tout allait très bien. Elle trouvait que ce début d’automne était formidable. Délicate et parfumée, elle rayonnait dans sa belle robe de taffetas émeraude. Depuis quelques semaines, les relations avec l’enfant s’étaient d’abord brusquement apaisées, avant de connaître une amélioration que la ravisseuse n’espérait plus.

Si vous aimez la marelle et si vous appréciez la richesse de vocabulaire, cliquer sur le 2 serait une excellente idée. Un, c'est certes un de plus que zéro, mais ça n'en est pas loin

Chapitre VII

Devenir scandaleusement riche

Norbert Lachassaigne a dû provisoirement abandonner les manœuvres agricoles de récupération de son fils Antoine, craignant que la maréchaussée ne lui demande des comptes sur un malheureux incident alors qu’il s’était engagé comme cueilleur de pommes dans les vergers appartenant à Ninon la Mort et qu’un petit chef zélé et soupçonneux essayait de lui voler quelques pièces d’or cachée dans un repli de sa chemise déposée sur la berge de la rivière lors d’un bain rédempteur.

Depuis sa fuite précipité de Veynes, Norbert n’avait pas perdu une minute. Il avait atteint Gap au bout de sa première journée de marche. Il s’y était lavé, rasé et habillé de neuf. De là, par la diligence, il avait suivi le cours de la Durance jusque Sisteron puis avait obliqué sur Aix, avant d’atteindre Marseille, au bout de la semaine; à nul moment, on ne lui avait posé de question; aucun incident n’avait émaillé sa route.

Un bonheur en cache un autre. Un plus un font deux. Cliquez donc sur le deux!